Charline Grillon: «J’étais catholique. Je suis devenue musulmane»

lh36_etvous

Et vous comment ça va ?

«Ça va bien. Je suis en train de terminer mon travail de master en psychologie à l’UNIL. Je me suis intéressée à la représentation du psychothérapeute au cinéma. Dans l’idéal, j’aimerais devenir psychologue clinicienne pour aider les gens à moins souffrir dans leur vie. La question qui me turlupine est de savoir si l’on peut les aider. Si je ne suis pas trop jeune pour ça. N’importe qui peut apporter quelque chose à l’autre, s’il est prêt à recevoir. L’important, c’est d’être sensible à ce que la personne ressent. Bien écouter, c’est écouter avec ses oreilles, ses yeux et son cœur.

J’ai été baptisée catholique, j’ai fait ma communion, puis ma ratification. J’ai toujours cru qu’il y avait une force. En grandissant, je me disais: «C’est pas possible qu’il y ait des gens qui fassent du bien, d’autres du mal, et quand on meurt il n’y a pas de différence entre les deux.» J’ai besoin de croire que le bien va être récompensé, sinon je n’avance plus. Je crois tellement à la bonté. Ça me permet de faire du bien autour de moi et de ne pas me venger quand on me fait du mal. J’essaie également de ne pas juger et de ne pas blesser. Souvent, on me dit que je suis naïve. Ce n’est pas le cas. Ma façon de me battre, c’est d’être gentille et de prendre soin des autres.

J’ai essayé de prier dans ma religion. J’ai essayé de faire carême, mais je n’ai pas eu de feeling. Il y a quelques années, je me suis intéressée à la religion musulmane. L’écriture arabe m’attire beaucoup et la culture m’intéresse. Sur Facebook, j’ai commencé à lire de petites histoires avec une morale à la fin. Elles me permettent de garder espoir. Parfois, elles disent juste: «Ne juge pas les autres. Si ton frère fait une erreur, trouve-lui dix excuses. Et si tu n’en trouves pas, dis-toi qu’il avait une bonne excuse.»

De fil en aiguille, j’ai lu des versets du Coran, puis tout le Coran. Puis j’ai fait ramadan. Le fait de ne pas manger et de ne pas boire rend sensible à plein de choses. Mon cœur est alors calme. J’ai fait la chahada, chez moi, dans ma chambre. C’est l’attestation de foi. On atteste qu’il n’y a de Dieu que Dieu et que Mahomet est le messager. Certains disent qu’on doit faire ça à la mosquée. Mais si l’on y croit vraiment, Dieu le sait.

Il n’y a pas de mosquée à Echallens, où j’habite. Je prie chez moi ou dans la salle de méditation de l’UNIL. Prier cinq fois par jour, ça permet de faire une pause. Je me sens bien dans cette religion. Au début, mes parents avaient peur. Depuis, ils se sont habitués. Ça aurait moins gêné mon père que je devienne bouddhiste. J’aimerais bien écouter des prières à la mosquée, mais j’ai peur que mes parents le prennent mal. Lorsque l’occasion se présentera, j’irai.

La bonne religion

Quelque chose qui correspond à ma sensibilité m’a profondément touchée dans l’islam. Mon père et ma mère pensaient que j’étais devenue musulmane pour les provoquer et que ça passerait. Ma foi ne passera jamais, mais je ne sais pas si je prierai toute ma vie. Je ne porte pas le foulard. Si je le mettais, ce serait une provocation dans ma famille. Je pense que chacun doit faire comme il en a envie, mais je sais que le voile est une des grandes questions dans le monde musulman.

Certains disent que son port est obligatoire, d’autres disent le contraire. Généralement, je m’habille avec des habits longs. La piscine? Je n’aime pas ça. La pudeur, et pas seulement la pudeur physique, et le respect sont des qualités dans la religion musulmane. Ce que mes amis disent de ma reconversion? «Si ça te fait du bien, on est contents pour toi.»

Parallèlement à mes études, je joue aux échecs. J’ai été championne suisse féminine des moins de 16 ans. J’ai participé aux Olympiades en 2014 et je fais de la compétition au niveau suisse. Je donne des cours aux enfants, dans le cadre d’un club. Mais le sport qui me passionne par-dessus tout, c’est la boxe thaïlandaise. C’est un sport qui permet d’oublier ses tracas et ses tensions. Le club, c’est une famille: tout le monde prend soin les uns des autres et se soutient. Je m’entraîne deux ou trois heures par jour. Je suis en T-shirt et en short de boxe avec un legging. Je combats contre des filles d’autres clubs. La boxe thaïlandaise m’a permis de me rendre compte de tout ce que je suis capable de faire, de dépasser mes limites physiques et mentales.

Dans la vie, j’aimerais que chacun essaie de prendre soin de tous ceux qui sont autour de lui, avant lui-même. D’autres personnes prendront soin de lui. Je sais que c’est une utopie. Et je sais que ce n’est qu’une petite goutte dans 50 milliards d’océan. Mais une goutte, c’est déjà ça.»

Hebdo

2 réflexions sur “Charline Grillon: «J’étais catholique. Je suis devenue musulmane»

  1. tu recouvriras tes atours ne veut pas dire mettre le voile mais s’habiller correctement,mais il y a tant de mauvaises lectures du coran,et puis la plupart qui parle de cela n’ont jamais dépassés le 1er de couverture du coran

    J'aime

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s