Bastia : Adrien et Julien mis en examen pour fabrication et transport d’engins explosifs

Deux supporters du SCB, proches du groupe Bastia 1905, ont été mis en examen ce soir par les magistrats instructeurs du palais de justice de Bastia pour  » fabrication, détention, transport d’engins explosifs en vue de commettre des atteintes aux personnes ou des destructions en bande organisée » ainsi que « association de malfaiteurs en vue de commettre des délits ».

capture-d_c3a9cran-2016-02-17-c3a0-17-38-26.png

Après avoir étés présentés devant le juge des libertés et de la détention, ils ont été écroués au centre pénitentiaire de Borgo. De source judiciaire, les juges reprochent à Adrien Matarise et Julien Muselli, âgés de 24 et 23 ans, d’avoir un lien avec la présence d’explosifs retrouvés en marge de la manifestation qui s’était déroulée à Bastia le 20 février dernier.

Ce jour-là plusieurs milliers de personnes avaient défilé en soutien à Maxime Beux, un jeune supporter bastiais blessé à l’oeil lors quelques jours plus tôt à Reims lors d’affrontements avec la police en marge du match Stade de Reims-SCB.

La manifestation s’était déroulée dans le calme mais, avant le départ du cortège, la police avait découvert, dans un portail à proximité de la prefecture, un sac contenant « des cagoules et des masques à gaz », des engins explosifs ainsi que des boules de pétanques chargées de poudre.

Corse Matin

Engins explosifs découverts prés de la préfecture : 2 supporters corses mis en examen

Leur ADN avait été retrouvé sur deux sacs contenant des charges explosives. Ils ont été mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de commettre un acte violent et placés sous contrôle judiciaire.

affrontements-entre-manifestants-et-police-a-corte-le-16-fevrier-2016-apres-des-incidents-le-13-fevrier-avant-et-apres-le-match-reims-bastia-ou-un-jeune-supporter-bastiais-avait-perdu-l-usage-d-un-oeil_5745031.jpg

Deux supporters du Sporting Club de Bastia, dont l’un avait été blessé dans des incidents à Reims avec la police et l’autre était mineur au moment des faits, ont été mis en examen jeudi, dans le cadre d’une enquête ouverte après la découverte d’explosifs en marge d’une manifestation organisée en février à Bastia, a-t-on appris de source judiciaire.

Les deux jeunes hommes, membres du club de supporters Bastia 1905, celui auquel appartient Maxime Beux qui a perdu un oeil lors d’incidents à Reims, ont été mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de commettre un acte violent et placés sous contrôle judiciaire, a-t-on précisé de même source.

Confondus par leur ADN

Leurs traces ADN ont été retrouvées sur deux sacs contenant des charges explosives. Ces sacs avaient été découverts à proximité de la préfecture de Bastia, le 20 février, à l’issue d’une manifestation de soutien à Maxime Beux.

Deux autres personnes, dont les traces ADN ont également été retrouvées sur les sacs, sont toujours activement recherchées, a précisé le parquet de Bastia.

Les deux supporters mis en examen avaient été interpellés mercredi matin dans le cadre d’une enquête ouverte fin février pour « fabrication, détention et transports d’engins explosifs en bande organisée et association de malfaiteurs« , à la suite de la manifestation à Bastia le 20 février.

Pains d’explosif et grenades artisanales

Mercredi soir, le procureur de Bastia, Nicolas Bessone, avait indiqué que « deux pains de Nitram de 500 grammes chacun, reliés à une mèche lente, ainsi que 10 grenades artisanales confectionnées à partir de boules de pétanques évidées remplies d’explosifs et reliées à un dispositif de mise à feu« , avaient été découverts après la manifestation.

Des cagoules, des masques, des combinaisons et des lunettes de protection avaient aussi été découverts aux abords de la préfecture.

Maxime Beux, arrivé dans la journée du 20 février en Corse après des soins à Reims, n’avait pas participé à la manifestation.

L’Express

Allemagne: 5 identitaires arrêtés pour tentative de meurtre, coups et blessures et fabrication d’engins explosifs

4756152.image

Cinq membres présumés d’une organisation violente d’extrême droite, notamment soupçonnée d’avoir attaqué des foyers de réfugiés en Saxe (est de l’Allemagne), ont été arrêtés par la police, a annoncé mardi le parquet fédéral.

Tous de nationalité allemande et âgés entre 18 et 39 ans, les suspects sont soupçonnés d’avoir fait partie d’une organisation baptisée «Gruppe Freital» (du nom d’une commune de la proche banlieue de Dresde) menée par deux autres Allemands identifiés comme Timo S., 27 ans, et Patrick F., 24 ans.

Ces deux hommes ainsi qu’un autre membre présumé du groupe avaient déjà été interpellés.

Les membres du «Gruppe Freital» sont mis en cause pour tentative de meurtre, coups et blessures ainsi que fabrication d’engins explosifs.

Selon les enquêteurs, ce groupe aurait lancé un engin explosif à travers la fenêtre d’un foyer d’accueil de réfugiés à Freital, dans la nuit du 19 au 20 septembre dernier. Personne ne se trouvait dans la pièce où avait été lancé l’engin qui n’avait provoqué que des dégâts matériels, a précisé le parquet général dans un communiqué.

Ils auraient également pris pour cible, dans la nuit du 18 au 19 octobre, un projet d’habitat associatif à Dresde ainsi que, de nouveau, un foyer de réfugiés à Freital, dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, avec des engins explosifs qui, en faisant voler en éclats les fenêtres du foyer, avaient cette fois blessé un résident, selon la même source.

Les enquêteurs estiment en outre que le groupe a pu se rendre coupable d’autres actions violentes.

La ville est située à quelques kilomètres de Dresde, berceau du mouvement islamophobe et antiréfugiés Pegida.

Libe

Bastia : une quinzaine de cocktails Molotov retrouvés dans un immeuble

molotov_cocktail.jpg

Une quinzaine de cocktails Molotov ont été retrouvés par les hommes de la direction départementale de la sécurité publique dans le hall d’un immeuble de la rue César-Campinchi, dans le centre-ville de Bastia.

Cette découverte a été réalisée alors qu’une importante manifestation avait lieu à Bastia samedi. Une enquête est actuellement en cours.

Corse Matin

Corse : des engins explosifs de forte intensité  découverts  aux abords de la préfecture

Selon le préfet de Haute-Corse, qui rend cette information publique, cette découverte avant la manifestation prévue ce samedi après-midi à Bastia, « révèlent la volonté de confrontation et d’agression de la part de certains. » Et il en appelle à la responsabilité des organisateurs. 

prefecture-bastia

 C’est « dans le cadre des vérifications préparatoires à la manifestation de cet après-midi à Bastia » que les services de police « ont découvert dissimulés aux abords de la préfecture des engins explosifs de forte intensité et dangereux pour les personnes » a annoncé le préfet de Haute-Corse, moins d’une heure avant le départ de la manifestation organisée en soutien au supporter blessé dans des heurts avec la police à Reims.

Et il a appelé les organisateurs à leurs responsabilités et les manifestants à le faire dans la dignité. Le maire de Bastia Pierre Savelli et le président du Conseil exécutif Gilles Simeoni ont annoncé ce vendredi qu’ils ne participeraient pas à cette manifestation.

France Tv