Une Normande tuée sauvagement par un colombien en Equateur le soir du Nouvel An

image_content_Personnalise_19956517_20160110201947

Originaire d’une petite commune de l’Orne, Loré, Hélène Derouault, a trouvé la mort dans la nuit du 31 décembre 2015 au 1er janvier 2016 en Equateur. La jeune femme âgée de 23 ans, passait le réveillon du Nouvel An, à Atacames, une station balnéaire de l’Équateur, avec l’une de ses amies françaises, Marion Bruneel.

Hélène Derouault a disparu dans la nuit. Inquiète de ne pas la voir dès le 1er janvier, son amie a donné l’alerte. Son corps, sans vie, a été retrouvé le dimanche 3 janvier dans le fleuve qui traverse la ville et qui se jette dans la mer.

Le meurtrier présumé d’Hélène Derouault a été interpellé quelques jours plus tard. Le quotidien équatorien La Hora annonce l’interpellation d’un homme, âgé de 24 ans, originaire de Colombie. Au cours de sa garde à vue, Fabián Andrés A.S a reconnu le meurtre de la touriste normande. Il a indiqué avoir étranglé, puis noyé Hélène Derouault avant de se débarrasser du corps en le jetant dans le fleuve. Il a indiqué aux policiers de la province d’Esmeraldas, chargés de l’enquête, qu’il a fait la connaissance de la Française dans un bar.

Mort violente

Selon les premiers éléments confiés aux policiers par les médecins, chargés de l’autopsie, Hélène Derouault est décédée d’une hémorragie. Les médecins ont relevé une forte contusion sur la partie gauche de la tête. Éléments plus troublants et plus effroyables si l’on en croit les informations recueillies par La Hora, « les yeux et les lèvres » de la jeune femme ont disparu.

Toujours selon La Hora, Hélène Derouault aurait été victime de violences sexuelles. Les conclusions de l’autopsie, attendues dans les jours à venir, devraient permettre aux policiers d’Esmelradas de définir les conditions exactes du meurtre de la touriste normande.

« Hélène effectuait un voyage itinérant avec une amie d’enfance depuis novembre 2014, témoigne Philippe Derouault, son père dans un quotidien régional. Elles avaient commencé par l’Espagne et venaient de passer six mois en Colombie. Elles étaient en Équateur depuis deux jours. »

Paris Normandie

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s