Didier, Christophe et Stéphanie jugés pour viol sur leurs propres enfants

agressions-sexuelles

Depuis ce mardi, deux hommes et une femme comparaissent pour des faits de viols et d’agressions sexuelles sur quatre enfants âgés de 18 mois à 11 ans. Des faits qui se sont déroulés dans le secteur de Remiremont.

Depuis ce mardi, trois accusés comparaissent dans le box des accusés de la cour d’assises des Vosges pour des faits de viols et d’agressions sexuelles sur leurs propres enfants. Au bout d’une journée d’audience, une question se pose : les proches, et plus précisément ceux du couple vosgien impliqué dans cette affaire, Christophe et Stéphanie *

C’est au printemps 2012 que les trois personnes poursuivies se sont rencontrées sur internet, par le biais d’un site libertin. Très vite, les conversations sur l’échangisme, dont ils sont tous adeptes, vont laisser la place à des discussions sur leur attirance pour les enfants. Et c’est dans ce contexte que le couple vosgien va rencontrer Didier, un ébéniste charentais de 34 ans, père de trois enfants. Ils vont se voir à trois reprises (dont deux au domicile de Christophe et Stéphanie dans le secteur de Remiremont). Et à chacune de ces rencontres, le père de famille charentais livrait Lisa, sa fille de 5 ans, à Christophe, âgé de 37 ans au moment des faits. En contrepartie, la compagne du Vosgien s’offrait à Didier.

A l’instar de Christophe, Didier doit répondre de viols commis sur sa propre fille. Mais il lui est également reproché des attouchements sur une autre de ses enfants, âgée de 18 mois…

Attouchements devant une webcam

Outre les faits de viol sur Lisa, Christophe doit aussi s’expliquer sur d’autres actes qu’il aurait commis en compagnie de son ex-conjointe. Car le couple est accusé d’attouchements sur ses propres enfants : deux garçons nés au début des années 2000. Des faits qui se sont produits à plusieurs reprises… devant une webcam.

Quelques semaines auparavant, un quadragénaire, adepte de l’échangisme, a lui aussi effectué un signalement auprès des gendarmes. En effet, l’accusé lui a clairement stipulé, toujours par le biais d’internet et au bout de cinq phrases, qu’il était intéressé par des rencontres libertines impliquant des enfants. Pire : il a expliqué ce qu’il avait fait subir à la petite Lisa et a affirmé que sa compagne effectuait, entre autres, des fellations sur ses garçons. Suite à ce témoignage consternant, les militaires ont demandé au quadragénaire de poursuivre le dialogue afin d’identifier la personne. Au final, l’homme va se piéger tout seul en donnant son numéro de téléphone. Ce qui a permis de le localiser.

Voges matin

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s