Un adjoint au maire FN d’Hayange condamné pour violences sur une adolescente

b09a97ff8fa62f988c3e257ffd1c09e83e787e72

Un élu Front national d’Hayange (Moselle) a été condamné mercredi à de la prison avec sursis pour des violences sur une adolescente. Lors d’un rassemblement public, l’adjoint au maire frontiste s’en est violemment pris à une opposante qui protestait contre le maire FN.

Le troisième adjoint au maire d’Hayange a été reconnu coupable mercredi de «violences par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné une incapacité supérieure à huit jours» a-t-on appris auprès du tribunal correctionnel de Thionville. Francis Langlois était mis en cause pour l’agression d’une jeune fille de 16 ans prise à partie lors d’un hommage pour les commémorations de la fin de la guerre d’Algérie.

L’incident avait émaillé les commémorations officielles du 19 mars 1962 où des anciens combattants ont voulu empêcher cet élu FN de lire un texte du maire Fabien Engelmann qui dénonçait « la mascarade » du 19 mars. Le face à face particulièrement tendu s’était produit vers 10H30 lors de l’hommage rendu devant le monument aux morts de Marspich, un quartier de Hayange.

Le président de la Fédération nationale des Anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (Fnaca), Jean Paolini accusait l’élu FN d’avoir « lu le discours Front national ». « Des personnes ont voulu l’en empêcher et se sont révoltées, car elles ne voulaient pas entendre ce qu’il disait », avait expliqué M. Paolini, témoin de la scène. « Les gens se sont énervés, il y a eu une bousculade », a rapporté le président de la Fnaca. Une trentaine de personnes, parmi lesquelles des épouses d’anciens combattants et des jeunes avaient pris part aux commémorations du 19 mars à Hayange, à l’appel de la Fnaca. Elles avaient défilé dans les rues de Marspich qui comporte une « place du 19 mars 1962 ».

– Soutenu par la maire d’Hayange –

A l’instar d’une partie de la classe politique dont l’extrême droite, de certaines associations d’anciens combattants et de pieds noirs, le maire de Hayange Fabien Engelmann conteste la date du 19 mars 1962 qui marque le cessez-le-feu décrété au lendemain des accords d’Evian. Le maire FN ne reconnaît que la date du 5 décembre 1962 qui, affirme-t-il, marque le « véritable cessez-le-feu ». « Mon adjoint a lu un discours officiel et à la fin, il a lu un discours plus personnel » avait-il expliqué à l’AFP.

Mercredi 2 novembre, devant le tribunal correctionnel de Thionville, l’adolescente de 16 ans qui accuse Francis Langlois, adjoint aux travaux, a expliqué que l’adjoint lui a porté un coup et l’a repoussé par la gorge lorsqu’elle tentait de lui arracher son discours des mains.

L’avocat de l’adjoint au maire avait plaidé la relaxe de son client absent de la première l’audience, assurant qu’il s’est défendu face à une attaque surprise de cette adolescente.  Le parquet a requis trois mois de prison avec sursis estimant que la réponse de l’adjoint est disproportionnée face à l’adolescente.

L’adjoint FN devrait faire appel de sa condamnation et continue de bénéficier du soutien du maire Fabien Engelmann.

Loractu

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s