Trafic international de cocaïne: Raymond, une figure du banditisme marseillais écrouée

IMG_3478

Laurent Fiocconi et Ange buresi. Deux figures du banditisme marseillais

Raymond Mihière, dit «Le Chinois» présenté comme une figure du grand banditisme marseillais et qui se disait reconverti dans le commerce de savons en Espagne, a été mis en examen et écroué dans la nuit de vendredi à samedi dans le cadre de l’enquête sur un trafic international de cocaïne entre la France et l’Amérique du Sud, a-t-on appris dimanche de source proche de l’enquête.

Âgé de 61 ans, «le Chinois» avait été interpellé le 26 novembre en Sologne au domicile d’une autre figure du milieu marseillais. Il avait déjà été condamné en 2004 à 9 ans de prison pour trafic de stupéfiants par la cour d’appel d’Aix-en-Provence.Six complices présumés, dont une majorité de vieux Marseillais, tous déjà condamnés par la justice à des peines allant de six à 16 ans de prison, ont comme lui été mis en examen pour «importation de drogue en bande organisée et association de malfaiteurs» et écroués. Joseph Signoli, 75 ans, un «ancien» de la French Connection, a également été incarcéré.

Le procureur de la République de Marseille Jacques Dallest avait expliqué vendredi qu’il s’agissait là d‘ «une équipe de haut niveau, voire de très haut niveau». «On soupçonne Raymond Mihière d’être à l’origine de livraisons déjà importantes», avait-il ajouté. Plusieurs voyages entre le Pérou, le Chili ou la Bolivie et la France auraient été mis au jour par les enquêteurs de la police judiciaire de Marseille.

L’un des passeurs avait été arrêté en possession de 26 kilos de cocaïne à l’aéroport de Roissy, alors qu’il revenait du Pérou. La valeur de la marchandise sur le marché parallèle est estimée à près d’un million d’euros, la cocaïne étant réputée d’excellente qualité.

Parmi les autres mis en examen figurent Robert Di Tosto, un proche de Raymond Mihière, ou encore Ange Buresi, un Corse déjà condamné pour s’être évadé en juin 1999 de la prison des Baumettes.

Les trafiquants présumés disposaient de bases de transit en Espagne, notamment à Barcelone. Les polices française et espagnole ont travaillé main dans la main pendant plusieurs mois avant d’interpeller les suspects.

20 Minutes

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s