Xavier tabasse sa femme car elle refuse d’aller dans un club échangiste

violence-conjugale1

«Nous avons affaire à un véritable tyran, pervers, sadique et narcissique », tonne le procureur de la République, au sujet d’un habitant de Coudray, lors de l’audience du 19 août, au tribunal correctionnel d’Évreux. « Je suis abasourdi par son comportement, il n’a pas une once de regret ! »

Un peu plus tôt dans le box, Xavier Genouel, grand, le visage émacié, la barbe et les cheveux courts et grisonnants, minimisait les faits et lançait, véhément, à la présidente, Marie-Christine Devidal : « Il n’y a pas eu de violence. Vous faites du cinéma ! »

Il était pourtant jugé pour des faits de violence commis en juillet à l’encontre de ses deux enfants, de son beau-fils et de son épouse, ainsi que pour harcèlement sur cette dernière.

Après une incarcération de quatre ans, ce père de famille de 43 ans retrouve sa famille à Coudray, fin février. Les relations familiales se tendent à partir du 20 mai : son épouse s’aperçoit qu’il s’est inscrit sur un site de rencontres. Il lui aurait proposé d’aller dans des clubs échangistes, ce qu’elle refuse.

À partir de ce moment, les insultes pleuvent, puis les coups. Les enfants de 12, 5 et 4 ans ont leur part. « Je lui ai mis une petite frite. Il a eu un petit saignement à la lèvre », raconte, les bras croisés, le prévenu au sujet de la correction reçue par l’un d’eux. « J’ai moi-même reçu des claques et je ne suis pas mort », continue-t-il.

À la maison, le climat de violence est tel que l’épouse perd 6 kg en quelques mois et les enfants vivent dans la peur : on se cache sous le lit quand le père est en colère, quand il menace de mort. Parfois, sous les claques, les lunettes volent.

Après délibéré, Xavier Genouel, qui compte déjà 19 mentions à son casier judiciaire, est condamné à une peine de deux ans d’emprisonnement.

Paris Normandie

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s