Palestine occupée : un juif d’extrême-droite menace une journaliste arabe qui prêche la coexistence

Au rassemblement Meir Kahane, Bentzi Gopstein montre une serpillière avec la photo de Lucy Aharish et affirme qu’elle « fera bientôt le ménage »

Capture d’écran 2016-11-20 à 19.17.16.png

Le dirigeant d’une association juive d’extrême-droite a rabaissé une présentatrice de télévision arabe israélienne jeudi, quand il a montré une serpillière portant sa photo et prévenu qu’elle ferait bientôt le ménage.

Pendant un évènement en hommage au rabbin extrémiste assassiné Meir Kahane à Jérusalem, Bentzi Gopstein, qui dirige l’association anti-assimilation Lehava, a attaqué les médias et juré de punir ses membres quand l’extrême-droite prendra le pouvoir.

« A toutes les serpillères des médias, soyez prêts à faire le ménage », a-t-il déclaré selon le site d’informations Ynet, en tenant une serpillère flanquée d’une photo de Lucy Aharish. « Parce que c’est ce que vous finirez par faire. »

TTOI

Bébé palestinien brulé vif par des terroristes juifs : la maison des témoins incendiée

Un incendie a ravagé la maison du principal témoin de l’incendie criminel de Douma, voisine de celle où des extrémistes juifs avaient, l’été dernier, brûlé vif un bébé palestinien et grièvement ses deux parents ensuite décédés, ont indiqué des habitants et la police israélienne.

1c0e6ef20417ff140e6119b2fd705e92a76872f8.jpg

Ibrahim Dawabcheh et son épouse ont été réveillés dans la nuit par une épaisse fumée qui a envahi leur maison à Douma, village devenu symbole des exactions des extrémistes juifs dans le nord de la Cisjordanie occupée, ont indiqué des témoins à l’AFP.

La maison du jeune couple, voisine de celle de Saad Dawabcheh, partie en fumée en juillet, et dans laquelle Ali Dawabcheh, 18 mois, a été brûlé vif, tandis que ses deux parents ont succombé quelques semaines plus tard à leurs graves brûlures, présente des signes d’attaque similaire, selon les habitants sur place.

Pour les habitants, ce mode opératoire, le même que celui utilisé en juillet dernier – des cocktails Molotov jetés par une fenêtre -, est la signature d’extrémistes israéliens. Les polices israéliennes et palestiniennes ont ouvert des enquêtes et se sont déployées dans la zone, de même que l’armée israélienne.

Actu Orange