«Djihadiste», «Dégage l’Arabe» : Jean-Claude découvre des tags racistes sur le mur de son logement

Jean-Claude Vaesken n’a jamais vu ça : « J’ai vécu 30 ans à Paris, porte de Clignancourt. Il y avait des toxicomanes dans les escaliers. Les mecs disaient bonjour et j’ai jamais été emmerdé, alors qu’ici… »

1448318828_b9710329615z-1_20161125155920_000_g0e81ar11-1-0

Ici, c’est le béguinage la Clé des Champs dans le petit village de Bucquoy. Lundi matin, Adèle Mehez y fait une découverte effarante : « Je venais pour boire le café et j’ai vu que c’était écrit sur les murs. » Une croix gammée et deux inscriptions racistes telles que : « Djihadiste » et « Dégage l’Arabe ». Jean-Claude en est convaincu : « C’est arrivé dans la nuit. » Sa voisine soutient cette hypothèse : « J’ai promené Noisette (son chien) hier soir et il n’y avait rien sur le mur. »

Comment en est-on arrivé là ? L’an dernier, le béguinage occupait déjà nos colonnes, car au cœur d’un conflit entre les habitants et le bailleur social, Pas-de-Calais Habitat. Ce dernier a consenti à bien des efforts pour arrondir les angles. Mais aujourd’hui, ce qui gangrène la vie des habitants, ce sont les relations de voisinage : « Ici, il y a des clans », indique Cosette, la compagne de Jean-Claude.

Des clans et des clashs. Le 20 août dernier, l’ancien habitant de la porte de Clignancourt converse sur le seuil avec un voisin : « Une voisine d’en face était accompagnée d’une amie et elle lui a dit ‘il est là le djihadiste’. » Une plainte a été déposée dans la foulée en gendarmerie. « Et là, comme par hasard, on retrouve le mot ‘djihadiste’ sur mon mur », s’exclame Jean-Claude convaincu que sa plainte du 20 août « a tout déclenché ».

De ce fait, il n’envisage pas de relancer une nouvelle procédure. Ce lundi matin, il a prévenu la gendarmerie. Avec sa compagne, il aspire à retrouver une certaine tranquillité. Certainement pas à Bucquoy : « On va demander à partir. »

L’Avenir

2 réflexions sur “«Djihadiste», «Dégage l’Arabe» : Jean-Claude découvre des tags racistes sur le mur de son logement

  1. Sur les réseaux sociaux le terme musulman est souvent remplacé par le terme islamiste, djihadiste.
    Nos politiques aussi le font parfois.
    Un musulman pratiquant, une femme voilée est appelée une islamiste, ou une variante, islam politique.
    C’est un signe de soumission, d’oppression, puis tout son contraire, c’est un signe de revendication, de conquete.
    On dit n’importe quoi pourvu que ça les discrédite, que ça les incrimine et qu’ils soient hais et perçu comme étant des troubles fetes, des personnes hostiles.
    On n’a convaincu de ça pour que ceux qui ne supportent plus d’etre hais abandonnent d’eux memes leur pratique religieuse.
    Ou pour ceux qui ne peuvent s’y résigner et pour qui ça a beaucoup d’importance qu’ils partent ou ne viennent pas.

    J'aime

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s