Marc frappe sa compagne pour « un problème de communication », il écope d’un sursis

ob_bfd5ff_femme-battue

Marc, médecin domicilié à Lacoste, admet sans difficulté les faits de violence commis sur sa compagne le 1er avril dernier. Devant le tribunal correctionnel d’Avignon, il minimise juste son alcoolémie en assurant qu’il n’était pas saoul même s’il avait bien bu.

À la barre, il poursuit en reconnaissant avoir été énervé à cause d’un colis qui avait été volé, et par l’absence de sa conjointe à leur domicile. Lorsque celle-ci, qui était chez une amie, lui a raccroché au nez il est allé la chercher.

Il a cassé une porte, forcé sa compagne à monter dans la voiture et l’a frappé à plusieurs reprises avant, une fois arrivé au domicile, de la jeter sur le canapé. La victime, qui aura 10 jours d’ITT, a profité qu’il quitte la pièce pour sortir du domicile et se réfugier chez sa fille. Après avoir envisagé une séparation, sa compagne a décidé de reprendre la vie commune et ne se constitue pas partie civile.

Assisté du bâtonnier Gardien, Marc indique qu’il suit des soins psychologique et psychiatrique depuis les faits. « Je suis jaloux. Tout ça, c’est un problème de communication », souffle le prévenu qui écope de six mois de prison avec sursis.

La Provence

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s