3 élus quittent le Front national et dénoncent une absence de démocratie

jean-jacques-jemain-maryse-aubert-et-maryline-lamarque-ont_3639400_1200x600

Conseillers municipaux de Tonneins, Maryse Aubert, Jean-Jacques Jemain et Maryline Lamarque ont pris la décision, « dure au cœur d’un militant de la cause nationale », commentent-ils, d’abandonner l’étiquette du Front national.

Avant d’expliquer les raisons de leur départ dans une lettre ouverte adressée, dimanche, à « Sud Ouest », ils se livrent à un bilan comptable des élus du parti : « Après Marmande, Tonneins n’aura plus aucun élu FN au sein de son assemblée délibérante.

Sur les 14 élus en 2014 aux Conseils d’Agen, Le Passage-d’Agen, Marmande, Tonneins et Villeneuve-sur-Lot, neuf auront démissionné en vingt mois. Les trois Agenais ont été remplacés par les suivants de la liste et deux sur cinq à Villeneuve-sur-Lot. Ces démissions concernent 70 % des premiers, seconds, troisièmes et quatrièmes des listes d’origine dont trois têtes de liste. »

Ils en expliquent, selon eux, les raisons : « Sa composition à géométrie variable permanente aura servi à verrouiller toute initiative de libre débat démocratique, le réduisant à une chambre d’enregistrement stérile et déconnectée du terrain.

Les trois élus tonneinquais concluent : « Dans cette affaire, après avoir beaucoup donné, le plus souvent dans la discrétion, nous nous estimons trahis et la seule arme de ceux que l’on refuse d’entendre est donc le retrait du mouvement. Nous continuerons cependant à être les porte-parole de tous les électeurs. »

Sud Ouest

Pour Jean-Michel Apathie, Eric Zemmour est « un journaliste raciste »

4781832_6_dc12_jean-michel-apathie-dans-le-studio-d-europe-1_64a7d518d8b9b399ab2080eeec479a99

Jean-Michel Apathie s’étonne que le journaliste du Figaro « n’a été que rarement poursuivi devant les tribunaux pour ses propos tenus dans le cadre de son métier de journaliste. » Il s’étonne également que sa condamnation pour « provocation à la haine raciale » (pour avoir affirmé que « la plupart des trafiquants sont Noirs ou Arabes », NDLR) « n’a pas perturbé la carrière du journaliste, ni incité l’un de ses employeurs à prendre un peu de distance avec lui, du fait de sa condamnation. »

Et le journaliste transfuge de prendre pour exemple la non réaction de son ancienne station quand Eric Zemmour, « emporté par un élan visiblement nourri d’un racisme assez caractérisé », a dénoncé « les bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d’Africains qui dévalisent, violentent ou dépouillent. »

Pour Jean-Michel Apathie, les médias lui donnent la parole car il est « probablement la promesse d’audience ou de buzz, au motif inavoué que ce qui est un peu sale ne nuit pas aux recettes publicitaires, au contraire. »

L’ancien chroniqueur du Grand Journal poursuit en affirmant qu’Eric Zemmour « exprime cette part rance et noire de la pensée française », et même qu’il est « un journaliste raciste ».

Planet

Démissions en chaîne à la fédération FN du Nord au lendemain de la défaite

le-fn-en-pleine-crise-de-nerfs-dans-le-calvados

Une vague peut en cacher une autre. Épisodiques jusqu’à il y a quelques mois, les démissions se sont multipliées au sein de la fédération Flandre maritime du Front national, et sortent au grand jour. Démissionnaires et membres de la fédération mettent directement en cause la personnalité de Philippe Eymery.

« Ça va tomber en cascade », lâche Laurent Renaudin. Élu municipal à Grande-Synthe, il a attendu le lendemain des élections régionales pour officialiser sa démission de la fédération Flandre maritime du Front national, « pour ne pas faire de vague. Je m’y étais engagé auprès du Défi grand-synthois », explique-t-il.

Par respect pour la section, il a mis de côté ses griefs à l’encontre de Philippe Eymery, tête de liste pour le Nord aux régionales. L’ex-syndicaliste carté FN depuis 2011 a quitté la fédération, pas le parti. « J’attends qu’on me vire du FN », précise-t-il. Fabienne Bolle, conseillère grand-synthoise FN, lui a emboîté le pas. Le duo explique son choix par la personnalité de Philippe Eymery. « C’est un homme procédurier, qui n’aime pas le débat et fait le vide autour de lui. Son ambition prime. Il va reproduire le même schéma à la Région, ce sera dramatique », prédisait Laurent Renaudin avant le second tour.

Une vision partagée par Anita Ginko. Élue à Coudekerque-Branche, elle a quitté le FN, où elle était adhérente depuis 1989. L’élue est devenue militante active quand on est venu la chercher pour les municipales de 2014. « À partir de là, j’ai rencontré des adhérents et les dirigeants du FN, dont Philippe Eymery. » Très vite, elle a « été interpellée par le nombre de critiques dont il fait l’objet. Il est détesté ». Son organisation décousue dérange aussi : « Il n’y a pas de planning des réunions. Nous recevons des mails : Demain soir, rendez-vous rue Oscar-Delille (le siège dunkerquois du FN, ndlr) ».

Sous couvert d’anonymat, des militants engagés décrivent des scènes ubuesques. « Philippe Eymery débarque chez nous à n’importe quel moment », y compris la nuit. Ils évoquent aussi des scènes d’humiliation, comme après le premier tour des Départementales, « toujours sous couvert de propos mal compris ».

« Il dit que nous sommes des fantômes, que les électeurs votent pour Marine. Dans son cas aussi alors ! », ajoute Anita Ginko. Cette année, en voulant savoir combien de candidats aux régionales de 2010 remettaient le couvert en 2015, elle a découvert que son nom figurait à la 44e place sur la liste il y a cinq ans… « Je n’étais pas au courant, je n’ai rien signé . »

Dépité, Laurent Renaudin ne mâche plus ses mots : « La fédération Flandre maritime est une branche pourrie dont nous souhaitons nous désolidariser ».

Comme les démissionnaires déclarés et à venir (certains annonceront leur départ en janvier, lors du conseil municipal de la commune où ils sont élus), il attendait beaucoup du passage de témoin à la tête de la fédération entre Philippe Eymery et Adrien Nave, fin août. Mais « Adrien Nave doit faire son compte-rendu tous les jours à Philippe Eymery. » D’où les démissions.

La Voix du Nord

Pour Aymeric Chauprade Marine Le Pen n’a «aucune morale» elle est « menteuse » et « égoïste »

Marine-le-Pen-estime-qu-Aymeric-Chauprade-la-met-en-danger-mediatique
Au delà de divergences politiques autour du «choc des civilisations», c’est la personnalité de Marine Le Pen qui est aujourd’hui critiquée par son ancien conseiller chargé des relations internationales.
«La pudeur n’existe pas dans le reste de la famille Le Pen. Ce n’est pas la bourgeoisie du XIXe siècle; c’est le XVIIe siècle baroque, avec un petit côté décadent»

Mais, poursuit-il, «Les Pen n’ont aucune morale dans aucun domaine, ce sont des jouisseurs». «Ils n’ont pas de limites dans l’exercice du pouvoir cela veut dire que ce pourrait être l’Empire byzantin», s’avance encore l’élu, ex-tête de liste aux élections européennes en Île-de-France.

Il dit avoir rompu avec le parti sans avoir eu un seul échange téléphonique avec Marine Le Pen. «C’est son mode de fonctionnement: elle cogne toujours sans appeler (…) Les Le Pen, ils s’en foutent des autres, ils leur marchent dessus», détaille Aymeric Chauprade pour qui la candidate à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie «est une énorme menteuse». «Vous ne pouvez pas imaginer à quel point elle sait mentir», insiste-t-il.

Le Figaro

Fronde massive au FN en Hérault, les cadres dénonces un parti « dictatorial » et « pire que les autres »

2015-11-29_095056_FN-MANOGIL

Après SETE où l’ancienne secrétaire départementale du FN , Marie Christine AUBERT, a été écartée au profit de Gérard PRATO néo secrétaire et tête de liste départementale de la liste conduite par Louis ALIOT à l occasion de ces élections régionales, et après AGDE où le conseiller municipal FN Alain LEBAUBE est également annoncé comme suspendu par Gérard PRATO qui lui préfère son rival Jean Louis COUSIN propulsé à la tête de la campagne départementale, ce sont aujourd’hui quatre autres cadres ou élus du partit Nationaliste qui conteste ouvertement des «  décisions dictatoriales «  au sein de la direction départementale du FN .

Ainsi Jean-Luc BOUCHEREAU  Ancien Conseiller municipal de MEZE et Conseiller communautaire de la CCNBT,  ex tête de liste aux sénatoriales de 2014, Christian CLAUSIER Ex tête de liste FN et Conseiller municipal à Lattes, Stéphane GOEPFERT, Ex tête de liste FN à Juvignac et Conseiller municipal et Jocelyne GOELLER, ancienne Conseillère municipale FN de Lattes, candidate FN aux départementales 2015  dénoncent-ils aujourd’hui dans le communiqué diffusé ci-dessous

«  Un mouvement vicié, de moins en moins fiable et viable et dont l’éthique et la moralité de certains élus et responsables qui animent ce mouvement apparaissent plus que douteuses. »  avant de terminer le propos par un questionnement  et une  réponse collégiale :

«  Le Front National, un parti comme les autres ? Sûrement pas ! Pire que les autres ? Certainement ! … »

Hérault Tribune

L’élu FN Adrien Mexis démissionne, lassé par un parti qui « alimente la chronique judiciaire »

20151112_1_2_7_1_2_obj10308854_1

Déjà marqué par le départ de deux de ses colistiers lors du dernier conseil municipal, l’élu Adrien Mexis, encore il y a peu directeur de cabinet de Stéphane Ravier, le sénateur-maire FN a donc décidé de claquer la porte du parti, et de repartir vers d’autres destinées professionnelles.

Au coeur de cette démission, les élections régionales, et l’élaboration de la liste FN. Ce n’est pas ma conception de la politique, et je ne pouvais pas participer à une liste qui, malgré la présence de certaines personnes pour qui j’ai de l’estime et de la sympathie, contient trop de contradictions avec les principes qui devraient être ceux d’une saine action publique : volonté d’exercer son mandat, loyauté, assiduité, travail des dossiers… Sans parler bien sûr de qui alimente davantage la chronique judiciaire des journaux que les pages politiques. Je n’ai donc plus de raisons de m’associer à tout cela.  »

La Provence

Aimé Deléglise, élu FN déchire sa carte et dénonce un parti devenu « le front des opportunistes »

Aimé Deléglise FN demissin rififi louis alliot

Aimé Deléglise, conseiller municipal et communautaire de Pamiers, candidat lors des récentes élections départementales, annonce ainsi avoir retourné sa carte de membre aux instances nationales.

Dans le communiqué de presse qu’il nous a adressé, Aimé Deléglise laisse entendre que «l’investiture par la direction du Front National de Bernard Gondran, un choix non justifiable», serait la goutte d’eau qui aurait fait déborder le vase.

Selon lui, l’ancien maire UMP de Saint-Girons «n’a qu’une ambition, celle de profiter de la vague bleu Marine pour être élu. Il n’a aucune légitimité pour porter les couleurs du Front National dans notre département comme tête de liste pour les prochaines élections régionales 2015 puisqu’il n’est pas membre de ce parti».

Et d’en tirer la conclusion qui s’impose: si le FN investit une personnalité qui ne se revendique pas de ses valeurs, «je ne me reconnais plus dans ce parti devenu le Front des Opportunistes.

Cette investiture démontre le total mépris du Front National à l’égard de ses hommes de terrain, de qualité et de valeurs qui travaillent depuis des années sans relâche bénévolement et avec tous les risques que cela engage, que ce soit sur le plan physique, social ou professionnel».

Élu à Pamiers depuis le scrutin municipal de 2014, Aimé Deléglise en appelle désormais à ses concitoyens-électeurs: «J’espère qu’ils ne tomberont pas dans le piège de cette supercherie et vont bien réfléchir avant de mettre un bulletin dans l’urne.», écrit-il sans ambages.

Une chose est certaine: la liste régionale conduite par Louis Aliot perd avec Aimé Deléglise un de ses porte-parole en Ariège. Et ils n’étaient déjà pas nombreux.

Ariège News