Grégory, le violeur au cutter identifié par un second enfant

5427205_11-1-1828602648_545x460_autocrop

Son « profil » inquiète particulièrement les enquêteurs, au point que son passé fait l’objet de minutieuses investigations. Incarcéré depuis octobre 2015 après avoir été confondu pour un viol, commis quelques semaines plus tôt sur un collégien de 11 ans dans une rue d’un quartier populaire de Charleville-Mézières (Ardennes), un jeune homme de 32 ans devrait être déféré aujourd’hui devant un juge d’instruction de Reims (Marne), en vue de sa mise en examen pour de nouveaux faits.

Extrait de sa cellule, mardi, avant d’être placé en garde à vue dans les locaux du service régional de police judiciaire (SRPJ) de Reims, Grégory M. a réfuté s’en être pris au jeune Thomas*, 13 ans, le 25 août 2014, toujours dans le même quartier de la Ronde-Couture à Charleville-Mézières. Ce jour-là, vers 16 h 30, la petite victime regagne le domicile familial après une partie de foot.

Alors qu’il se trouve dans un petit chemin bordé de buissons, Thomas voit surgir un inconnu, le visage dissimulé sous une capuche. Celui-ci exhibe un cutter avant de baisser son pantalon puis de tenter de le violer. Mais le mineur résiste. L’agresseur porte alors plusieurs coups de cutter à l’adolescent au niveau du bras et de la cuisse gauche avant de lui intimer l’ordre de ne « pas le regarder ». L’inconnu prend ensuite la fuite, tandis que l’adolescent, souffrant de profondes coupures aux tendons du poignet et de plusieurs doigts, trouve la force de rentrer chez ses parents avant de donner l’alerte. Une enquête est aussitôt déclenchée mais l’agresseur demeure introuvable.

« Son ADN avait été relevé sur les affaires d’un garçonnet de 11 ans, violé dans le même quartier et selon un mode opératoire quasi identique que l’adolescent, agressé un an plus tôt, confie une source proche de l’affaire. Après avoir nié farouchement son implication, le suspect était passé aux aveux. » Au cours de l’identification de l’auteur présumé de ce viol, les policiers de la PJ de Reims avaient présenté la photo de Grégory M. au jeune Thomas. Et celui-ci avait aussitôt reconnu son agresseur du mois d’août 2014…

Le Parisien

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s